Actualités

2016 est sans conteste une année très chargée pour le département mutilation sexuelle féminine de TERRE DES FEMMES.

Les trois derniers mois semblent donner un petit aperçu de ce qui reste à venir!

Echange de bonnes pratiques dans le domaine de la violence contre les femmes au sein de l’Union Européenne

Photo (de gauche à droite) : Gwladys Awo (Plan International), Dr. Daniela Bankier (Commission Européenne), Linda Ederberg (TDF). Photo: © TERRE DES FEMMESde gauche à droite: Gwladys Awo (Plan International), Dr. Daniela Bankier (Commission Européenne), Linda Ederberg (TDF). Photo: © TERRE DES FEMMESDepuis plusieurs années, l’Union Européenne s’engage contre les violences faites aux femmes et relatives au genre qui concernent femmes et filles de tout âge et de toutes conditions sociales. En tant que forme spécifique de violences basées sur une discrimination sexuelle, les MSF font objet d’une attention particulière. Fort de son expérience dans la lutte contre les MSF, TERRE DE FEMMES représentée par Linda Ederberg pour les projets européens relatifs aux MSF, est fréquemment invitée à des événements d’envergure européenne. Au cours des derniers mois, TDF a participé à deux événements afin d’échanger sur la thématique des MSF et participer ainsi à un échange de bonnes pratiques.

Le 1er et 2 juin 2016, Linda Ederberg, a participé à un séminaire sur le thème « Asile et MSF » organisé par End-FGM à Bruxelles. Selon l’UNHCR, plus de 25 000 filles et femmes provenant de pays où la MSF est répandue demande l’asile en Europe. En 2011, on enregistrait 2 000 demandes d’asile basées sur une mutilation sexuelle. Ainsi, il est important que les institutions spécialisées sur les MSF, soient en mesure de soutenir les demandeuses d’asile pendant le processus d’accueil. Le but de ce séminaire était donc de former les membres du réseau sur des questions spécifiques et d’améliorer les capacités d’action des associations présentes et de leur permettre d’entrer en contact avec les acteurs principaux du processus d’asile afin de les sensibiliser aux MSF. Dans un premier temps, les participants ont été informés de la situation légale actuelle et notamment sur les trois directives générales de la politique d’asile de l’Union Européenne relative aux MSF. Plus d’informations pratiques ont ensuite été fournies concernant le travail de lobby politique.

Le 6 juin 2016, TDF a participé à une autre rencontre organisée par la Commission Européenne et rassemblant les représentants de projets européens engagés contre les violences faites aux femmes. Par un échange intense sur les bonnes pratiques, les participantEs ont ainsi contribué à améliorer les savoirs et savoirs faire de tout un chacun. Représentant TDF, Linda Ederberg a participé à la réunion en compagnie de Gwladys Awo de l’association Plan Stiftungszentrum, association partenaire de TDF au sein des projets CHANGE et CHANGE plus et du réseau allemand INTEGRA. Elles ont toutes les deux exposés et échangés sur le déroulement des projets en cours avec les autres participantEs et les membres de la Commission Européenne.

Dans le quotidien des associations, l’échange de bonnes pratiques est un corollaire fondamental de leurs actions. Ainsi, des échanges aussi riches ne peuvent qu’avoir des retombées positives sur la poursuite des projets européens et nationaux de TDF.

 

Penser global, agir local

Idah Nabateregga, Charlotte Weil (TDF) et les collaborateurs de la Police Judiciaire berlinoise. Photo: © TERRE DES FEMMESIdah Nabateregga, Charlotte Weil (TDF) et les collaborateurs de la Police Judiciaire berlinoise.
Photo: © TERRE DES FEMMES
Depuis plusieurs années, TDF s’appuie dans tous ses projets sur un réseau d’acteurs locaux. Ce dernier est essentiel à la bonne conduite de nos activités et contribue à ce que nos revendications soient entendues et diffusées à une large audience.

Le 5 Juillet 2016, Charlotte Weil et Idah Nabateregga, coordinatrices projet du département MSF de TDF ont rencontré trois collaboratrices et le chef du service de la police judiciaire de Berlin pour échanger sur les mutilations sexuelles féminines à Berlin. Faisant écho au contexte actuel en Allemagne et en Europe, le rendez-vous était organisé autour d’un échange d’informations général puis sur des exemples de cas pratiques. Aux vues de l’importance des demandes reçues par le service de protection des victimes, une collaboration future pourrait bien naître de cet échange.

CHANGE Plus : Suivez les avancées du projet !

Afin de lutter contre les MSF, le travail de sensibilisation est tout aussi important en Allemagne au sein des communautés pratiquant traditionnellement les MSF que dans les pays d’origine des femmes et filles concernées. C’est conscient de ce challenge que TERRE DES FEMMES coordonne depuis le 15 janvier 2016 le projet CHANGE Plus. Ce dernier est cofinancé par la Commission Européenne, et promeut un changement de comportement vis-à-vis des mutilations sexuelles féminines en favorisant l’échange transnational de bonnes pratiques et la participation active des communautés.

TDF coordonne le projet qui sera mis en œuvre en collaboration avec sept organisations européennes partenaires: Stiftung Hilfe mit plan (Hambourg, Allemagne), FSAN (Fédération des associations somaliennes aux Pays-Bas, Pays-Bas), APF (Associação para o Planeamento da Família, Portugal), Equipop (Équilibres & populations, France), AIDOS (Associazione Italiana Donne per lo Sviluppo, Italie) et l'Université de Coventry (Londres, Grande Bretagne) et deux associations africaines, Bangr Nooma et Plan international Mali sont associées au projet. La diffusion des résultats au niveau européen sera assurée par le réseau End FGM.

Lire la suite...

«United to End-FGM»: une plateforme de connaissance en ligne

Le 23 et 24 juin, Linda Ederberg, coordinatrice des projets européens au sein du département mutilations sexuelles féminines de TERRE DES FEMMES a participé à la réunion de coordination du projet « United to End FGM: European Knowledge Platform for Professionals dealing with Female Genital Mutilation (FGM) » cofinancé par l’UE. Le projet regroupe 12 associations européennes: la Cyprus University of Technology en charge de la coordination générale du projet, le Mediterranean Institute of Gender Studie, Chypre; le Planning Familial, Portugal; AIDOS, Italie; AkiDwa, Irlande, FORWARD, Royaume-Uni; INTACT, Belgique; GAMS, Belgique; Excision Parlons-En, France; le réseau End FGM European Network; Médecins du Monde, Espagne et TERRE DES FEMMES, Allemagne.

En permettant une diffusion plus large des connaissances disponibles sur les MSF, le projet a pour but d'améliorer la compréhension du public et des professionnels en contact avec les filles et femmes ayant subi une MSF ou à risque d’en subir une. Il vise notamment le personnel médical, les sages-femmes, les enseignants, les travailleurs sociaux et les employés de divers services publics. Si les membres de ces catégories professionnelles améliorent leurs connaissances, nous pensons qu’ils seront plus aptes à fournir une aide adéquate et efficace aux victimes, de soutenir les survivantes sur le long terme et de prévenir les MSF. Fort de ce constat, les partenaires du projet ont réalisé et développé une plate-forme multilingue, disponible en ligne et conçue comme un centre de ressources et d'éducation européen. La plateforme sera traduite dans 9 langues (anglais, français, espagnol, italien, allemand, portugais, néerlandais, grec, suédois), et sera accessible dès 2017.

Le site internet de formation en ligne comprend des cours en e-learning conçus sous forme de modules thématiques et des fiches d’informations relatives aux MSF par pays.

Lire la suite...

De l’importance du recueil de données sur les MSF en Allemagne

Rendez-vous entre Charlotte Weil (TDF), Idah Nabateregga (TDF) et les enquêtrices à Berlin. Photo: © TERRE DES FEMMESRendez-vous entre Charlotte Weil (TDF), Idah Nabateregga (TDF) et les enquêtrices à Berlin.
Photo: © TERRE DES FEMMES
Les MSF constituent en Europe un nouveau défi pour les politiques et la société civile. Le manque flagrant de données et d’informations disponibles constitue cependant un obstacle fondamental à la compréhension du problème. En effet, le nombre exact des filles et des femmes touchées par les MSF en Europe reste encore approximatif, il est donc nécessaire d’obtenir une image plus complète des taux de prévalence réels.

Ainsi, depuis 1998, TERRE DES FEMMES publie indépendamment presque tous les ans une estimation des survivantes et des jeunes filles menacées d’être excisées. Les chiffres les plus récents indiquent que 48 000 femmes auraient subi une MSF et 9300 filles en seraient menacées. En comparaison avec 2014, le nombre de survivantes a augmenté de 37% et de 27% pour les filles à risque de subir la pratique. Les statistiques présentées par TERRE DES FEMMES (PDF) nous indiquent que les MSF sont plus que jamais un challenge pour l’Europe.

Lire la suite...

Verwendung von Cookies

Um unsere Webseite für Sie optimal zu gestalten und fortlaufend verbessern zu können, verwenden wir Cookies. Durch die weitere Nutzung der Webseite stimmen Sie der Verwendung von Cookies zu.